RELEVER


RELEVER
v. tr.

Remettre debout ce qui était tombé; remettre une chose dans la situation où elle doit être, une personne dans son attitude naturelle. Relever un enfant qui a fait une chute. Relever un blessé. Relever une chaise qu’on a fait tomber. Relever une statue, une colonne qui est renversée. Le navire, qui penchait, se releva lentement. On avait couché la tige de cette plante, elle s’est relevée d’elle-même.

En termes de Marine, Relever un bâtiment, Le remettre à flot. Relever l’ancre, La changer de place, la mettre dans une autre situation.

En termes de Jeu, Relever les levées qu’on a faites, Ramasser les cartes qui ont été jouées, les retourner et les mettre devant soi. Relever les cartes, Les rassembler, réunir le jeu.

Fig. et fam., Relever le gant, Accepter un défi.

Se relever, en parlant d’une Personne, se dit particulièrement pour Se remettre sur ses pieds. Il glissa sur le sol et eut beaucoup de peine à se relever. Voilà un enfant qui est tombé, aidez- le à se relever. Il signifie aussi Sortir de nouveau du lit. Il a été obligé de se relever quatre fois cette nuit. Il ne saurait demeurer au lit, il se relève à tout moment.

RELEVER signifie aussi Rétablir ce qui était tombé, ce qui était ruiné, ce qui était à l’abandon. Faire relever des murailles. Relever des fortifications. Relever un fossé.

Relever une maille, Reprendre une maille rompue ou simplement tombée.

Fig., Relever une maison, une famille, une personne, La remettre dans un état de prospérité d’où elle était déchue. Le père avait ruiné la famille, le fils l’a relevée. Il lui fallait une grande alliance pour relever sa maison. Il a fait un héritage important, cela l’a relevé.

Fig., Se relever de quelque perte, de quelque échec, etc., Se remettre de quelque perte, etc. Cette perte, cette banqueroute l’a accablé, il ne pourra jamais s’en relever. Pensez-vous qu’il puisse se relever d’un tel coup? Ils eurent quelque peine à se relever d’une pareille défaite.

Fig., Se relever d’un état d’abaissement, de décadence etc. ou, absolument, Se relever, Sortir d’un état d’abaissement, de décadence, etc. Cet empire parut, un moment, près de se relever. Leur puissance tomba pour ne plus se relever.

Fig., Cette pièce, qui était presque tombée à la première représentation, s’est relevée aux représentations suivantes, Elle y a obtenu du succès.

Fig. et fam., Relever quelqu’un du péché de paresse, L’obliger par des reproches, des ordres pressants, des menaces, à travailler, à mieux remplir ses devoirs.

Fig., Relever un titre se dit, dans une famille noble, de Quelqu’un qui reprend un titre auquel sa famille avait droit et qui avait été abandonné.

Fig., Relever le courage, relever les espérances de quelqu’un, Exciter, ranimer son courage faire revivre ses espérances.

RELEVER signifie encore Hausser, rendre plus haut. Ce terrain est trop bas, il faut le relever de trois pieds. Il faut relever ce plancher pour le mettre au niveau du palier de l’escalier.

Relever sa tête, la tête, La lever, la hausser lorsqu’elle était baissée. Relever la tête signifie, au figuré, Reprendre du courage, de l’audace. Cette faction, qu’on croyait abattue, relève la tête.

Fig., Relever un prix, L’augmenter.

RELEVER signifie aussi Retrousser. Relevez votre robe, votre manteau. Relever les bords d’un chapeau.

Il se dit absolument, en termes de Manège, des Chevaux qui ont le galop élevé, qui lèvent les pieds très haut au galop, au trot ou au pas. Pas relevé. Les chevaux anglais ne relèvent point.

Relever un cheval, Le soutenir de la main et de l’éperon pour lui faire porter la tête plus haute et l’asseoir sur les hanches.

RELEVER signifie aussi Donner un goût plus piquant, un plus haut goût à des assaisonnements, à des sauces, à des ragoûts. Le vinaigre, le jus de citron relèvent une sauce. Il manque à ce ragoût quelque chose qui le relève.

Il se dit figurément, dans un sens analogue, en parlant des Ouvrages de l’esprit. Il faut que le style soit simple, mais non sans quelque agrément qui le relève. Rien ne relève la platitude de cet ouvrage.

Il signifie encore, au figuré, Faire paraître davantage une chose, lui donner plus de relief, plus d’éclat. Cette garniture relèvera votre toilette. La couleur de cette étoffe relève votre teint. Relever la beauté. Sa modestie relève toutes ses autres qualités.

Relever sa condition, sa dignité, sa charge, Honorer sa condition, sa dignité, donner du lustre, de l’éclat aux fonctions qu’on remplit. Il a bien relevé sa charge par son mérite personnel.

RELEVER signifie aussi, figurément, Faire valoir, louer, exalter une chose. Relever une bonne action, en relever le mérite. Vous relevez trop le peu que j’ai fait.

Il signifie encore Faire remarquer, souligner; et il se dit en bonne et en mauvaise part. Il se plaît à relever les beautés d’un ouvrage, au lieu d’en faire remarquer les défauts. Cette parole avait été dite sans mauvaise intention, elle ne méritait pas d’être relevée. Relever les fautes d’un écrivain. Il a dit mille choses spirituelles que personne n’a relevées.

Relever un mot piquant, etc., Répondre vivement à celui qui l’a dit. Il m’a décoché une épigramme, mais je l’ai bien relevée.

Fig., Relever quelqu’un, Le reprendre avec aigreur, en lui faisant voir qu’il a parlé mal à propos. Il avait avancé une proposition choquante, mais on l’a bien relevé.

En termes de Chasse, Relever un défaut ou, simplement, Relever, Retrouver la voie que l’on avait perdue.

RELEVER signifie également Prendre en note, dresser un état. J’ai relevé dans cette histoire tous les passages qui concernent tel personnage.

En termes de Commerce, Relever un compte, Prendre note des opérations portées sur ce compte.

RELEVER, en termes de Topographie et d’Hydrographie, signifie Déterminer, au moyen du compas de marine ou d’autres instruments la position d’un objet et la reporter sur la carte, sur un plan. Relever un cap, un vaisseau, à telle partie de l’horizon.

Relever un plan, Prendre le plan d’une ville, d’une place, etc.

RELEVER, en termes de Guerre, signifie Remplacer, mettre un nouveau corps de troupes à la place d’un autre. Relever la garde. Relever les postes. Relever de garde une compagnie. Relever une troupe. Cette division vient d’être relevée.

Il se dit pareillement du Corps, de la troupe même qui succède à une autre dans un poste. Cette troupe va relever telle compagnie.

Relever une sentinelle, un factionnaire, ôter un soldat qui est en sentinelle et en mettre un autre à sa place. C’est au caporal à relever les sentinelles. Cela se dit également du Soldat qui prend la place de celui qu’on ôte de sentinelle. C’est un tel qui a relevé son camarade de sentinelle; et absolument, C’est lui qui relèvera un tel.

En termes de Marine, Relever le quart, le timonier, etc., Les changer.

RELEVER se dit, par extension, en parlant de Toute occupation dans laquelle on remplace une autre personne. Je suis fatigué de lire, relevez-moi. Nous nous relevions d’heure en heure.

En termes de Jurisprudence, il signifie Libérer d’un engagement, d’un contrat, lequel est déclaré nul ou cassé pour cause de lésion ou d’une nullité de fait ou de droit. Tout mineur lésé est en droit de se faire relever des actes qu’il a passés en minorité. Il fut relevé de ce contrat, de cette obligation.

Se faire relever de ses voeux, Faire déclarer ses voeux nuls. On dit de même : Relever quelqu’un d’un serment.

Relever quelqu’un d’une interdiction, Lever l’interdiction portée contre lui.

Relever quelqu’un de ses fonctions, Le révoquer.

RELEVER est aussi verbe intransitif et signifie Commencer à se porter mieux, en sorte qu’on n’est plus contraint de garder le lit. Il relève de maladie, Il vient d’être malade. Cette femme relève de couches, Elle vient de se rétablir de ses couches.

Il signifie encore Se guérir, se rétablir. On n’espère pas qu’il en relève.

RELEVER

intransitif

, signifiait, en termes de Jurisprudence féodale, être dans la mouvance d’une seigneurie, dans le vasselage d’un seigneur. En ce sens il se disait tant des Terres et des fiefs que des Personnes. Ce fief, cette terre relevait de telle seigneurie, de tel seigneur. C’était une fort belle terre, qui ne relevait que du roi. Il relevait d’un tel, à cause de sa terre de...

Il signifie, par extension, être dans une sorte de dépendance de quelqu’un, ressortir de. Celui de qui relèvent tous les empires. Il veut ne relever de personne. Cette administration relève de telle autre.

Cette affaire relève de la correctionnelle, de la Cour d’assises, Elle est du ressort de la police correctionnelle, de la Cour d’assises.

Fig. et fam., Cela ne relève que du mépris, Il n’y a qu’à mépriser cette injure, cette accusation.

Le participe passé RELEVÉ s’emploie adjectivement. être d’une condition relevée, Appartenir à une grande famille, à une famille distinguée, au-dessus du commun. Avoir des sentiments relevés, Avoir des sentiments nobles, généreux. On dit plus ordinairement : Avoir des sentiments élevés.

Une pensée relevée, Une pensée noble, élevée. Un sujet relevé, une matière relevée, Une matière qui, par la grandeur de son objet, est au- dessus de la portée du commun des hommes.

Un ragoût, une sauce d’un goût relevé, Un ragoût, une sauce d’un haut goût.

L'Academie francaise. 1935.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • relever — [ r(ə)ləve; rəl(ə)ve ] v. <conjug. : 5> • XI e; de re et lever I ♦ V. tr. A ♦ 1 ♦ Remettre debout. Relever qqn qui est tombé. Relever un meuble, un véhicule renversé. Relever des ruines, un mur démoli. ⇒ reconstruire. 2 ♦ Fig …   Encyclopédie Universelle

  • relever — Relever. v. act. Remettre ce qui estoit tombé, ou panchant en l estat où il estoit auparavant. L eau a abbattu ses murailles, il luy coustera beaucoup à les faire relever. relever un fossé. cela ne vaut pas le relever de terre. ce tabouret est… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • relever — Relever, act. acut. Est composé de Re preposition iterative, et lever, et signifie proprement lever ce qui est chut. Denuo attollere, Ainsi dit on se relever et resourdre, Exurgere, se erigere e lapsu, et Relever de maladie, A decubatione ob… …   Thresor de la langue françoyse

  • relever — (re le vé. L e prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : je relève, je relèverai) v. a. 1°   Remettre debout, sur ses pieds, dans sa position naturelle. 2°   Au jeu, relever les cartes, les mains. 3°   Relever la balle, une… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • RELEVER — v. a. Remettre debout ce qui était tombé ; remettre une chose dans la situation où elle doit être, une personne dans son attitude naturelle. Relever une chaise qu on a fait tomber. Relever une statue, une colonne qui est renversée. Relevez cet… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • relever — vt. , remettre debout, (ce qui est tombé, ce qui traîne) : (a)rlèvâ (Albanais.001, Annecy, Arvillard.228b, Villards Thônes), relévâ (Aillon J.), relèvâ (228a, Aix, Bellevaux, Montagny Bozel, Saxel.002), C. => Lever ; ramassâ (001). E. : Butter …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • relever — v.t. Relever le compteur ou relever la comptée, pour un proxénète, prélever sa part sur le gain d une prostituée (arg.). / Relever un factionnaire, une sentinelle, boire un verre …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • relever — v.t. * * * …   Universalium

  • relever — v.t …   Useful english dictionary

  • Relever le front — ● Relever le front reprendre courage, reprendre de l audace, de la fermeté …   Encyclopédie Universelle